Follow by Email

mercredi 30 septembre 2015

Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques: Cardinal Burke : "le mariage est soumis à une attaque féroce, parfois même au sein de l’Église"

Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques: Cardinal Burke : "le mariage est soumis à une attaque féroce, parfois même au sein de l'Église"
B
Le cardinal Raymond Leo Burke était en tournée en France depuis dimanche pour présenter le livre d'entretiens qu'il vient de publier avec Guillaume d'Alançon, responsable de l'Académie diocésaine pour la famille du diocèse de Bayonne, Un cardinal au coeur de l'Eglise.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président délégué au synode, a invité le cardinal Burke à célébrer la messe à Notre-Dame-de-Paris, dimanche 27 septembre matin.

Il a donné une conférence en l'église Saint-Eugène-Sainte-Cécile à Paris puis à Saint-Symphorien à Versailles. Le cardinal est revenu sur son enfance, et la naissance de sa vocation. Il a rendu hommage à sa famille, à ses parents, et ses grands-parents, immigrés irlandais aux États-Unis, qui lui ont transmis « la foi et sa pratique ». Lorsqu'il était jeune, l'Église était florissante, puis il a vu les effets de la crise au cours de sa formation au séminaire, notamment à cause du « soi-disant esprit du concile Vatican II ».

« Le séminaire subissait de manière particulièrement dévastatrice la crise que l'Église a connu au cours de premières années de la mise en ordre des enseignement du concile Vatican II. […] Ayant vécu cette époque particulièrement tumultueuse, marquée symboliquement par les émeutes de mai 68 à Paris, je me suis interrogé sur ce qui était sous-jacent à la tranquillité de mes premières années au séminaire et a conduit à la remise en cause inconsciente et soupçonneuse de la doctrine et de la discipline de l'Église. »

Concernant la nouvelle évangélisation, le cardinal déclare :

B« Le renouveau spirituel passera, d'une façon particulière, par l'enrichissement mutuel souhaité et encouragé par la célébration de la sainte messe et l'administration des sacrements. » Mais la nouvelle évangélisation « prend place d'abord dans la maison, dans la famille, dans laquelle la foi est d'abord enseignée. […] Mais la famille, qui est une Église domestique, tire sa foi et sa vie dans la sainte liturgie. »

Survivant lui-même de l'avortement – il raconte dans son livre que le médecin avait conseillé à sa mère de l'avorter – le cardinal est particulièrement sensible à la question du respect de la vie.

« J'ai compris combien l'Évangile de la vie devait être au cœur de tout ce que j'enseigne et pratique. Il a été particulièrement important pour moi en tant que pasteur de donner un puissant encouragement et la primauté à l'apostolat du respect de l'inviolabilité de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle. J'ai été grandement édifié par l'engagement indéfectible du laïcat catholique qui s'est mis à défendre les vérités les plus fondamentales de la loi naturelle et morale. Il n'y a aucune situation plus mauvaise dans la société d'aujourd'hui que la destruction massive de vies innocentes et sans défenses dans le ventre de leur mère. »

« Dans la bataille pour établir le respect de la vie humaine, l'abandon de la pratique de l'avortement provoqué doit avoir la première place. Quand les enfants et les jeunes ont grandi dans une maison de bons chrétiens, alors naturellement ils deviennent courageux à propos de la vie. Tant de choses dépendent de la maison, de la relation entre le mari et la femme, et entre les parents et les enfants ! Tant de choses également des relations que les enfants reçoivent à l'extérieur de la maison ! En tant que pasteur, j'ai exhorté les parents à être attentifs à ce que la vie chrétienne qu'ils inculquent à leurs enfants ne soit pas érodée et même corrompue par ceux qui iront enseigner dans les écoles que leurs enfants fréquentent. »

Sur le mariage et le synode,

« il ne fait aucun doute que le mariage est soumis à une attaque féroce, parfois même au sein de l'Église. Au même titre que l'assaut sur le mariage, toute la question de notre identité en tant qu'homme et en tant que femme, de la signification de la sexualité humaine, de l'amour pur et chaste entre un homme et une femme, tout cela est remis en question. Le mariage et son fruit, la famille, sont la première cellule de l'Église et de la société en général. Il est essentiel que la vérité du Christ sur le mariage et la famille soit pensée et enseignée avec un nouvel enthousiasme et une nouvelle détermination ».

« Aujourd'hui, il est souvent dit que l'Église doit s'adapter à la culture contemporaine, pour ne pas l'offenser. Ce que les personnes attendent le plus de l'Église, est l'enseignement de la vérité du Christ. Il est absurde de dire que les lois naturelles ne signifient plus rien dans notre culture. Absolument absurde. Dieu a écrit sa loi en chacun d'entre nous. Et les Saintes Écritures ont enseigné la même loi. D'une certaine façon aujourd'hui, nous ne saurons avoir notre confiance que dans la loi naturelle. »

Concernant l'importance de l'engagement des chrétiens dans la société :

« Il faut restaurer la royauté du Christ. Malheureusement, le terme de "roi" est souvent interprété de manière idéologique, et par conséquent, mal compris. Pour être un roi, comme le pape Jean-Paul II l'a enseigné, il faut pratiquer toutes les vertus qui nous permettent de rendre gloire à Dieu et servir nos frères et sœurs avec une intention pure, selon la sagesse qui nous a été enseigné durent notre enfance : "Servir, c'est régner" ». L'exemple de saint Louis est « un modèle particulièrement lumineux » pour tous les catholiques qui souhaitent s'engager dans la société. Ils doivent s'y engager pour sa « sanctification », même si la « corruption » peut les « tenter d'en rester éloignés, alors qu'il faut évangéliser ces activités en vue du bien commun […] en faisant attention à n'y pas compromettre notre foi. Cela doit être plutôt l'occasion de croître dans la foi et dans sa mise en pratique. »

Lundi matin, il était invité sur Radio Notre-Dame (à réécouter ici). Il a célébré la messe, lundi 28 septembre, à la Chapelle de la rue du Bac. Plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées, lundi 28 septembre soir, à la paroisse Sainte-Odile, à Paris, après avoir présidé les vêpres chantées en grégorien. Le cardinal a présenté son livre comme « une source de croissance dans l'humilité devant Dieu » pour lui. Son livre revient sur ses quarante années de sacerdoce.

Mardi 29 septembre soir, il a donné une conférence à l'Institution Saint Pie X de Saint-Cloud, un établissement scolaire de jeunes filles hors contrat tenu par les Dominicaines du Saint-Esprit.

IMG_5784