Follow by Email

jeudi 30 novembre 2017

Leçon de catéchisme N° 82, la foi.

https://youtu.be/wOzjCWdGnaI

Do you know what I don't miss?


Four Days of Nonsense

Thanksgiving. 
Black Friday. 
Cyber Monday.
Giving Tuesday.


We didn't participate in any of that nonsense. 

Instead, we focused on our families -- a welcome break in between our effort to inform the Catholic bishops about the Catholic Campaign for Human Development's nefarious collaboration with Alinskyite groups.

Now if you'd like to help us?  Of course, we don't want to bother you if our mission to defend the Catholic faith simply isn't something you can support right now.  We don't spam, and while we don't mail frequently (just once a week) if it ever feels too much?  Simply unsubscribe at your leisure. 

But I do ask for your prayers, even if you cannot support us financially.  In fact, that's more valuable treasure than anything else one could offer. 

Thank you for being a part of our mission to defend and uphold the teachings of the Magisterium!  As always, please pray for the Church, for our bishops and priests, and for Lepanto's mission as we continue to unearth the truth and "restore all things to Christ." (Col. 1:20)

Christus Vincit!

Michael Hichborn
President
Lepanto Insititute

Copyright © 2017 Lepanto Institute, All rights reserved.
Thank you for signing up for our newsletter.

Our mailing address is:
Lepanto Institute
PO Box 269
Partlow, Va 22534


mercredi 29 novembre 2017

Neuvaine de l’Immaculée Conception 2017, Robert, cardinal SARAH

Neuvaine de l'Immaculée Conception 2017

Présentation : Voici la grande « Neuvaine de l'Immaculée Conception » du 30 novembre au 8 décembre 2017, bénie et encouragée par Sa Sainteté le Pape François. Comme chaque année, l'Église Catholique nous demande, en effet, de nous tourner vers l'Immaculée Conception en ces premiers jours de l'Avent. Avec confiance et peu importe la situation dans laquelle nous nous trouvions, nous sommes invités à ouvrir notre cœur pour déposer tout ce que nous portons : nos joies et nos peines, nos luttes et nos échecs, nos désirs, dans le cœur de Marie, notre très Sainte Vierge, au cours de cette Neuvaine Mariale mondiale de Prière.

 Le thème 2017 en l'honneur de l'anniversaire des 100 ans de Fatima, nous invite à prier Notre Dame de Fatima.
La prière est écrite par le Cardinal Robert Sarah.
Le Vatican le 25 mars 2017

 

 

Grande Neuvaine de l'Immaculée Conception

Bénie et encouragée par Sa Sainteté le Pape François

Du 30 novembre au 8 décembre 2017

Chaque jour : Une dizaine de chapelet, suivie de 3 fois l'invocation: « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous ». Une communion le jour du 8 décembre ou un jour de l'octave. Confession recommandée.

PRIÈRE

Très Sainte Vierge Marie, Reine des Anges et des saints, Médiatrice de toutes grâces, nous trouvons refuge et protection auprès de votre Cœur Immaculé, car vous êtes notre Mère.

Accordez-nous, comme vous l'avez promis aux trois pastoureaux de Fatima, de savoir offrir chaque jour notre vie pour le salut des pécheurs.

Que votre amour maternel touche les cœurs endurcis par le péché pour que tous les hommes, sauvés par le sang de votre Fils versé sur la croix, trouvent le chemin de l'amour, de la pénitence et de la réconciliation avec Dieu et avec leurs frères.

 Alors, nous pourrons chanter tous ensemble et d'un seul cœur le triomphe de votre maternelle Miséricorde. Amen

 

Robert, cardinal SARAH

Le Vatican, le 25 mars 2017

Sí o NO

Sí o NO

Sí o NO

Mira has sido curado, no vuelvas a pecar, no te suceda algo peor (Jn. 5, 14).

Queridos hermanos, querer lo que Dios quiere por la misma razón y fin que Dios lo quiere, nunca deja de ser muy bueno para el alma; pues los juicios de Dios son muy profundos, son un abismo sin fondo, como dice el salmo (35,7): Tus juicios son un insondable abismo, y no debe el hombre querer saber e investigar con su bajo y limitado entendimiento el juicio de Dios, lo que sería gran temeridad. Conformidad con la voluntad de Dios, en los trabajos y pesadumbres que nos pueda enviar, pues nada acontece en nuestras vidas sin la voluntad divina. Tal conformidad sólo supone un SI por parte del hombre, o un NO si rechazamos la voluntad de Dios. No hay un término medio. No existen matices, como  oímos decir hoy en día de forma cursi. No hay término grises, pues nada es si o no, nos siguen diciendo sin ningún tipo de rubor ni vergüenza. Ni hay matices, ni hay términos grises, o SI o NO. Acepto la voluntad de Dios o no la acepto, esa es la cuestión, ese es el dilema del hombre ante su salvación eterna.

Dios es quien elige el camino del alma para llevarla a la Cielo; es Dios quien pone las condiciones; es Dios quien con su juicio inescrutable determina lo que es bueno para la salvación del alma,  aun cuando ésta se revele. Dios determina, al alma acepta o rechaza, no cuestiona la voluntad de Dios; esos son los matices, los tonos grises de los que son hablan, que no son más que una forma eufemística de decir: hago lo quiero, porque la voluntad de Dios no  me conviene, ni la acepto. El tono gris indica rechazar la cruz del Señor que envía al alma para su santificación, es acomodar la voluntad divina a al hombre, tentación siempre presente en el hombre pecador.

Los mandamientos de Dios son claros, no existen matices en ellos, ni tonos grises. Dios es preciso, conciso y sabio; los mandamientos son la manifestación de su poder,  sabiduría y  misericordia; pues sólo Él conoce el alma humana, su debilidad y miseria, e imposibilidad propia de salvarse, por lo cual, los mandamientos son el medio para la salvación del alma, el camino que Dios ha dado al hombre para que no pierda eternamente su alma. Son manifestación de la voluntad de Dios, y lo que Dios quiere, porque así lo quiere, no puede más que ser muy bueno para el alma. Los matices y tonos grises, que son manifestación de la voluntad humana, no pueden por menos que ser muy perjudiciales para la salvación del alma.

Aceptar la voluntad de Dios es el camino ineludible para la salvación del alma. Guárdate de pecar, no sea que te suceda algo peor, nos dice el Señor. La advertencia es clara, no ofrece dudas, y el medio para ello es el cumplimiento de la voluntad de Dios, es aceptar lo que Dios nos envíe. Bien me ha estado ser humillado para aprender tus mandamientos (Sal. 118, 71); que hermoso versículo para meditar nuestra relación con Dios,  su santa voluntad y nuestra actitud hacia ella. Nuestra respuesta no ofrece dudas, o es de aceptación o de rechazo. ¡Cuántas veces nos humilla el Señor por nuestro bien! Para que aprendamos a hacer su voluntad, a que cumplamos con sus preceptos. Dios no se echa atrás una vez pronunciadas sus palabras, que han de cumplirse como palabra de Dios, pues todo lo que Dios nos ha dado es saludable para el alma, y mira por encima de todo a su salvación eterna.

Con cuánta aflicción sentimos las penalidades corporales y tan poco las espirituales. No debemos tanto sentir los trabajos de esta vida cuanto los pecados. Si conociéramos y ponderásemos bien la gravedad de nuestras culpas, todo sufrimiento nos parecería pequeño, y diríamos aquello del santo Job (33,27): He pecado, he delinquido, y no recibí el pecado merecido. Palabras que deberíamos tener siempre en el corazón y decirlas muchas veces con la boca: Pequé Señor, y verdaderamente he hecho el mal a tus ojos, pero no me has castigado como merecía mi pecado. Todo es nada cuanto podemos padecer en esta vida en comparación de lo que merece un solo pecado mortal.

Queridos hermanos, aceptemos la voluntad de Dios en nuestras vidas, es decir digamos en todo momento y lugar: SI. Si a tu santa voluntad Señor mío, sí a la cruz que me has enviado; sí, a las penalidades que sufro; sí, al cumplimiento de tu mandamientos. SI a la salvación de mi alma. NO a ningún matiz, ni tono gris, que no es de Dios, si no del hombre.  No caigan en la tentación de querer librarse de la voluntad de Dios y optar por un camino intermedio, ese tomo gris, porque el mal caerá sobre el alma, oscurecerá el entendimiento y no verá el camión de salvación, andará a oscuras, y el precipicio le está esperando al final.

Ave María Purísima.

Padre Juan Manuel Rodríguez de la Rosa

Padre Juan Manuel Rodríguez de la Rosa. Nació en Palamós (Gerona) en 1956, y se ordenó sacerdote en 12 de octubre del 2007 en la catedral de Getafe. Es licenciado en Estudios Eclesiásticos y en Derecho Canónico. Preside una Asociación privada de fieles de vida de oración contemplativa. En la actualidad es capellán de una residencia de ancianos de Madrid. Es autor del vídeo "Mysterium Fidei" sobre la Misa tradicional.

Vidéoformation n°60 : Les apparitions de Notre Dame à Fatima : quelles conséquences pour nous? - gloria.tv

https://gloria.tv/video/74d3PPQLYcByDhcqsmpbdzRjw

Fête du Livre : Laurent DANDRIEU

Fête du Livre : Laurent DANDRIEU


Dimanche 10 décembre à Grand'Maisons (Villepreux, Yvelines), dimanche 10 décembre de 11h à 19h.

Renseignements et Inscription en ligne

L'auteur :

Laurent Dandrieu est rédacteur en chef des pages « Culture » de Valeurs actuelles, pour lequel il suit également l'actualité religieuse. Il est l'auteur de plusieurs livres dont Woody Allen, portrait d'un antimoderne (CNRS Éditions), Dictionnaire passionné du cinéma (Éditions de l'Homme nouveau) et La Compagnie des anges. Petite vie de Fra Angelico (Éditions du Cerf).

(extrait du site des éditions PLON)

Le livre : Église et immigration : le grand malaise

Dans cet ouvrage, Laurent Dandrieu dénonce le discours actuel du pape et des évêques sur la question de l'immigration : rappelant les impératifs de charité chrétienne, ils occultent la dimension politique du problème des migrants. Au risque du simplisme...

« Le chrétien laisse venir tout le monde », dit le pape François. Pendant que l'Europe, qui n'a déjà pas réussi à intégrer les précédentes générations d'immigrés, est soumise à un afflux de migrants sans précédent, l'Église catholique, plus que jamais, martèle l'unique impératif de l'accueil, donnant l'impression de se faire complice de ce que le pape lui-même a qualifié d'« invasion ».

Écartelés entre leur fidélité à l'Église et le légitime souci de protéger leur identité et leur civilisation, beaucoup de catholiques ressentent un malaise croissant. Plus largement, les populations européennes sont de plus en plus heurtées par un christianisme qui semble leur dénier le droit à la survie.

Cette incompréhension est-elle une fatalité ? L'Église est-elle condamnée à être prisonnière de la « culture de la rencontre » tant vantée par le pape, au risque de livrer le continent au chaos sans profit pour les migrants eux-mêmes ? Ou bien existe-t-il une autre voie, qui permette de réconcilier les impératifs de la charité authentique et la défense de la civilisation européenne ? C'est à ces questions que répond ce livre.

 


 



Editeur : Renaissance Catholique
http://www.renaissancecatholique.org

Info

mardi 28 novembre 2017

Dérives bergogliennes

Dérives bergogliennes

Dérives bergogliennes

Dans la "nouvelle église", le pauvre, et surtout le migrant, a remplacé le Christ, et la prédication moralisante et socialisante l'annonce de l'Evangile. Chronique d'Antonio Socci (27/11/2017)

Bergoglio, C&L et l'antécrist (de Soloviev) aux prises avec l'effacement de Jésus.
Regarder le présent à la lumière de la dramatique prophétie de Jean-Paul II

L'annonce de l'Incarnation de Dieu, l'annonce du salut, depuis cinq ans maintenant, a été remplacée par une sorte de prédication sociale ou socialiste qui se concentre sur les migrants (éventuellement musulmans), ainsi que par une prédication écologique sur le réchauffement climatique.
La "substitution" est avant tout quantitative: l'insistance obsessionnelle avec laquelle le Pape Bergoglio propose continuellement les migrants (et l'écologie) à tout moment, tous les jours, pour Noël, pour l'Assomption et pour Pâques, [remplace ce qui autrefois] - chez ses prédécesseurs - était l'annonce du Christ, de la vie éternelle et de la doctrine catholique.
Mais une substitution conceptuelle est également en cours, parce que le pauvre en général et le migrant en particulier (surtout musulman) sont devenus, avec Bergoglio, une catégorie théologique et ont progressivement remplacé le Sauveur.

Le cas de l'école sicilienne, où les images de la Sainte Vierge et de Jésus-Christ ont été retirées - et la prière du matin annulée - au nom de la laïcité de l'école a fait grand bruit. C'est la loi.
Toutefois, pour la même raison, tous les endoctrinements idéologiques de quelque nature qu'ils soient, qui existent malheureusement, devraient être interdits à l'école publique.
Et puis, si la liberté de l'éducation était véritablement reconnue, ces problèmes ne se poseraient pas: dans un pays où il y a différentes propositions éducatives, chacun peut choisir l'école qu'il préfère (même celle qui a la prière du matin).
Mais cette liberté n'existe pas en Italie. Et on peut parier que l'épisode sicilien n'est que le hors-d'oeuvre des polémiques relatives au prochain Noël, qui éclatent régulièrement chaque année pour la crèche, pour la messe de Noël et ainsi de suite.
Faire ou ne pas faire la crèche? Rappeler la naissance de Jésus à Bethléem offense-t-il quelqu'un?
Pourquoi y a-t-il quinze jours de vacances à l'école? La crèche dans les lieux publics est-elle une représentation religieuse ou, surtout, une référence culturelle à nos racines chrétiennes communes?

UN ÉVÉNEMENT ÉNORME
-----
Avant de répondre à ces questions, il faut signaler quelque chose que personne n'a encore remarqué. Un événement d'une portée énorme se produit dans l'Église: c'est d'abord là - et non pas dans les écoles - que Jésus-Christ est progressivement effacé ou mis à l'arrière-plan.
L'annonce de l'Incarnation de Dieu, l'annonce du salut, depuis cinq ans maintenant, a été remplacée par une sorte de prédication sociale ou socialiste qui se concentre sur les migrants (éventuellement musulmans), ainsi que par une prédication écologique sur le réchauffement climatique.
La "substitution" est avant tout quantitative: l'insistance obsessionnelle avec laquelle le Pape Bergoglio propose continuellement les migrants (et l'écologie) à tout moment, tous les jours, pour Noël, pour l'Assomption et pour Pâques, [remplace ce qui autrefois] - chez ses prédécesseurs - était l'annonce du Christ, de la vie éternelle et de la doctrine catholique.
Mais une substitution conceptuelle est également en cours, parce que le pauvre en général et le migrant en particulier (surtout musulman) sont devenus, avec Bergoglio, une catégorie théologique et ont progressivement remplacé le Sauveur.
Un jour, le 15 novembre 2015, Bergoglio alla jusqu'à dire que pour se sauver, il n'est pas important que "tu sois allé à la messe", mais que tu te sois occupé des pauvres "parce que la pauvreté est au centre de l'Evangile".
Donc, l'action sociale est plus importante que le sacrifice du Christ et que l'Eucharistie: il s'ensuit que les exemples à suivre sont des syndicalistes comme Landini ou Camusso, et non Sainte Thérèse de Lisieux qui a vécu cloîtrée.
Il y a quelques jours, Bergoglio affirmait que dans les pauvres il y a la "force salvifique", ils "ouvrent la voie au ciel, ils sont notre passeport pour le Paradis" (cf. w2.vatican.va).
C'est le glissement vers la Théologie de la Libération, solennellement rejetée par l'Eglise.

Au contraire, l'Église a toujours prêché que "le Christ est l'unique Sauveur" (Jean-Paul II) et - comme le disait saint Pierre - "Il n' y a pas d'autre salut; en fait, il n' y a pas d'autre nom donné aux hommes sous le ciel dans lequel il est établi que nous pouvons être sauvés" (Actes 4:12).

OU CARRON OU SAINT FRANÇOIS
------
Un qui a parfaitement interprété le nouveau verbe bergoglien, c'est l'actuel leader de Communion et Libération, Julian Carron, qui, jetant aux orties l'enseignement de Don Giussani [le fondateur de C&L] (et aussi C&L, désormais réduite au strict minimum), a lancé pour Noël 2017 un "tract" sur lequel il n'y a plus d'enfant Jésus, mais un camp de réfugiés.

C'est une belle photo artistique, mais Jésus est complètement absent, donc elle représente le Noël bergoglien, pas le Noël chrétien.
Quelqu'un qui au contraire avait parfaitement interprété l'annonce chrétienne, c'était saint François d'Assise, qui aimait les pauvres et la pauvreté beaucoup plus que Bergoglio et Carron, mais qui, dans la crèche qu'il a lui-même inventée, célébrait et adorait Dieu fait homme, et non "les pauvres" ou les migrants.
Mère Teresa vivait comme saint François et voyait comme la peste la Théologie de la libération.
La dérive "humanitaire" ou socialisante est présente dans l'Église depuis les années 1970. Le cardinal Giacomo Biffi en parlait en ces termes:
"Le grand danger du christianisme de notre temps, c'est celui d'être peu à peu réduit, peut-être à cause du souci généreux d'être d'accord avec tout le monde, à un ensemble d'engagements humanitaires et à l'exaltation de valeurs qui sont 'commercialisables' y compris sur les marchés mondains".

L'ANTÉCHRIST
------
Don Giussani, qui était un ami de Biffi et partageait cette inquiétude, dans le but de faire comprendre le poison insidieux contenu dans cette dégénérescence humanitaire du christianisme, fit connaître et diffuser "Le récit de l'Antéchrist" de Vladimir Solovev, qui était centré justement cette déformation du christianisme.
Le protagoniste de l'histoire, l'Empereur,disait qu'il estimait la figure de Jésus, mais qu'il se croyait meilleur que lui, parce qu'il apporterait finalement la paix et l'amour:

"Le Christ a été le réformateur de l'humanité, prêchant et manifestant le bien moral dans sa vie; moi, au contraire, je suis appelé à être le bienfaiteur de cette humanité (...). Je donnerai à tous les hommes ce qu'il leur faut. Le Christ, comme moraliste, a divisé les hommes selon le bien et le mal, tandis que moi, je les réunirai avec des bénéfices qui sont tout aussi nécessaires aux bons et aux méchants. Je serai le vrai représentant de ce Dieu qui fait surgir son soleil pour le bien et le mal, et qui distribue la pluie aux justes et aux injustes. Le Christ a apporté l'épée, j'apporterai la paix. Il a menacé la terre du terrible jugement dernier. Mais moi, je serai le dernier juge, et mon jugement ne sera pas seulement un jugement de justice, mais aussi de miséricorde".

Avec cette prétention, l'Empereur promettait aux chrétiens - à condition qu'ils se prosternent devant lui - tout ce qu'ils voulaient: culture chrétienne, valeurs sociales et morales.....
Mais la réponse lui vint d'un saint moine, le starets Jean: "Grand souverain, ce que nous avons de plus cher dans le christianisme, c'est le Christ lui-même. Lui-même et tout ce qui vient de Lui, car nous savons qu'en Lui la plénitude de la divinité habite corporalement (...). Confessez ici et maintenant devant nous Jésus-Christ...".

Le starets Jean représente le vrai chrétien devant la séduction du pouvoir qui manipule la foi, expliquait Don Giussani.
Aujourd'hui, au contraire, l'Empereur semble vainqueur. Nous avons un Noël où les catholiques sont les premiers à remplacer Jésus par la valeur de la solidarité, par la question sociale des migrants.

QUELS MIGRANTS
-----
De plus, les pauvres migrants de Bergoglio ou du "tract" de C&L ne sont même pas les pauvres chrétiens persécutés, qui sont véritablement les plus abandonnés car abandonnés par tous (principalement par le Vatican). Mais ce sont probablement les migrants musulmans: ce n'est pas un hasard si, lorsque Bergoglio est allé au camp de réfugiés de Lesbos, où il y avait plusieurs familles chrétiennes, il a emmené à Rome avec lui une famille musulmane, et non pas chrétienne.
L'actuel évêque de Rome ne voit aucun problème dans la vague migratoire musulmane en Italie et en Europe, mais les problèmes sont là. Énormes.
Justement ces jours-ci, on a su que Jean-Paul II - qui vivait des phénomènes mystiques - a eu une vision surnaturelle dramatique de l'avenir de l'Europe.
Dans des temps peu suspects, en mars 1993, il confia à un ami (cf. L'Islam envahira l'Europe):
"Rappelle-le à ceux que tu rencontreras dans l'Église du troisième millénaire. Je vois l'Église affligée d'une plaie mortelle. Plus profonde, plus douloureuse que celles de ce millénaire. Elle se nomme l'islamisme. Ils envahiront l'Europe. J'ai vu les hordes venir de l'Ouest vers l'Est".
A ce point, le pape a fait la description des pays: du Maroc à la Libye en passant par l'Egypte et ainsi de suite. Il a ensuite ajouté:
"Ils envahiront l'Europe... Vous, Eglise du troisième millénaire, vous devez contenir l'invasion. Mais pas avec des armes, les armes ne suffiront pas, avec votre foi vécue intégralement".
Remplacer Jésus par des migrants ne semble pas être une foi intégrale, mais le capitualation totale.

Bishop: Catholics will be judged by God for failing to ask Pope to end confusion | News | LifeSite

Bishop: Catholics will be judged by God for failing to ask Pope to end confusion | News | LifeSite

Bishop: Catholics will be judged by God for failing to ask Pope to end confusion

Featured Image
Bishop Athanasius Schneider Jan Bentz / LifeSiteNews

November 27, 2017 (LifeSiteNews) -- One of the world's most outspoken bishops regarding the current crisis in the Church has said that at the final judgment God will ask Catholics living today who ignored the crisis why they did not ask the Pope to end the confusion in the Church. 

Bishop Athanasius Schneider, auxiliary bishop of Astana in Kazakhstan, said in an interview with Michael Matt of The Remnant newspaper that "the true friends of the Pope" are those cardinals bishops and laymen "who express their public concern about these very important issues, about the state of confusion in the Church. They are really the friends of the Pope."

He called the concerns and calls for clarity, "an act of charity towards the Pope." He added that he was convinced that when the Pope faces his judgment before God, "he will be thankful to those" cardinals, bishops and lay people who called on him to offer clarity.

Archbishop Schneider said that those who perform "adulation of the Pope" and "deny the evidence" that ambiguity in the Pope's teachings is causing confusion are not helping the Pope nor themselves when they will face their final judgment. 

Regarding those who tell the Pope, "It's all okay," despite the "disastrous situation," the archbishop warned that at their judgment God will ask them "what have you done when there was confusion, why have you not raised your voice to defend the truth?"

Bishop Schneider sees the Church as a "big family of God" and that within the family we have to have the opportunity to speak "without fear of being punished or isolated." He noted that this "spirit of family" was "stressed that the second Vatican council" and that a "climate of family" should be fostered in the Church.

30 novembre - 8 décembre : grande neuvaine de l'Immaculée conception

Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques: 30 novembre - 8 décembre : grande neuvaine de l'Immaculée conception

30 novembre - 8 décembre : grande neuvaine de l'Immaculée conception

| |

28 novembre 2017

0Questions à Don Guillaume Chevallier, prêtre, aumônier du Chapelet des enfants :

Pouvez-vous nous présenter l'initiative du Chapelet des enfants ?

Le Chapelet des enfants a commencé dans un petit village de la Somme au début du siècle dernier : chaque jour, une jeune fille, Geneviève de Lalain-Chomel réunissait des enfants à la sortie de l'école pour réciter à l'église une dizaine de chapelet. Puis, peu à peu, les enfants récitèrent une autre dizaine le soir en famille. Les familles qui se mirent à prier se convertirent les unes après les autres et transformèrent la paroisse. Dès 1927, le R.P. Voinot, rédemptoriste, travailla à étendre à la France entière la dizaine quotidienne du Chapelet des enfants.

En 1936, Geneviève de Lalain Chomel décide d'honorer particulièrement la Vierge Marie dans son Immaculée Conception en créant, pour la première fois en France une neuvaine préparatoire à la fête de l'Immaculée Conception, le 8 décembre. Elle reçoit très vite la bénédiction des évêques de France puis des papes successifs depuis PIE XI.

Chaque année, l'association du Chapelet des enfants édite une image et une prière pour la neuvaine de l'Immaculée Conception, tenant compte des orientations données par le Saint Père à l'Eglise. Editée aujourd'hui en 400 000 exemplaires, elle est priée dans tout le monde francophone.

Quel lien particulier voyez-vous entre la France et l'Immaculée Conception ?

La France est une terre, une nation, bénie par la Vierge, et qui le lui a rendu au cours des âges à travers ses saints, ses missionnaires, ses artistes et ses théologiens. Un exemple au sujet de ces derniers : tandis que le dogme de l'Immaculée Conception n'était pas encore défini solennellement, les théologiens de l'université de Paris au Moyen-Âge, prêtaient serment, dans l'église Saint Séverin, de ne jamais parler contre l'Immaculée Conception !

Mais c'est avant tout par les grandes apparitions mariales au XIXème siècle, de la rue du Bac en 1830, puis à Lourdes en 1858, que la Vierge imprima à la France un nouvel élan de dévotion à Dieu par la contemplation de son Immaculée Conception.

De nombreuses conversions ont été et sont encore obtenues par la médaille miraculeuse et son invocation : O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. Alphonse Ratisbonne, pour avoir seulement accepté de porter cette médaille qu'il honnissait, vit le ciel s'ouvrir en l'église Sant'Andrea delle Fratte à Rome, et la Vierge, comme sur la médaille, venir à lui en silence… et le faire tomber à genoux devant le Dieu Trinité.

1Bernadette Soubirous, sans instruction, d'une famille excessivement pauvre, entendit de la bouche de la « belle dame » ce nom qui à lui seul convainquit le curé Peyramale de l'authenticité des apparitions, et de leur message : Pénitence ! Pénitence pour les pécheurs ! Le pèlerinage à Lourdes, toujours très populaire, continue de transformer des centaines de milliers d'existence chaque année, et façonne la piété des gens simples autour de l'évangile, des sacrements, du service des malades et des plus pauvres.

En quoi l'édition de 2017 est-elle exceptionnelle ?

Cette édition est marquée par le centenaire des apparitions à Fatima que nous avons célébré cette année, avec la canonisation de deux des bergers, François (10 ans) et Jacinthe (9 ans), parmi les saints les plus jeunes de tout le martyrologue, reconnus saints non pour avoir vu la Vierge, mais pour s'être offerts totalement pour le salut des pécheurs.

Le Cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte divin, a rédigé personnellement la prière de la neuvaine cette année. C'est un signe fort de l'encouragement du Saint Siège à prier cette neuvaine.

Le grand mouvement de prière et de pénitence initié par la Vierge, de Lourdes à Fatima, reste d'une actualité brûlante. Le contexte n'est pas le même qu'en 1917, mais l'indifférence à Dieu, l'apostasie de nombreux baptisés, l'athéisme et la sécularisation méthodiques des sociétés occidentales, sont autant d'appels impérieux à la supplication et à la prière : combien d'assoiffés de Dieu, de sa vérité, de la douceur de sa miséricorde, sont privés de la joie de l'évangile ?

Comment peut-on s'associer à votre neuvaine ?

La neuvaine commence le 30 novembre. Ceux qui n'ont pas reçu la neuvaine par leur paroisse, ou leur mouvement, peuvent encore se la procurer au siège de l'association (5 rue de l'Université, 75007 PARIS), à la chapelle de la rue du Bac, sur notre site internet www.chapeletdesenfants.com. En s'inscrivant en ligne, sur Hozana.org ou sur la page facebook, on pourra recevoir en plus chaque jour une méditation pour accompagner cette supplication de 9 jours d'une démarche de conversion personnelle et d'approfondissement du message du Saint Père sur la mobilisation générale qu'il nous demande pour l'évangélisation et le salut des âmes. Qu'y a-t-il de plus cher au cœur de la Vierge que de voir ses enfants sortir à la rencontre de tous les hommes, qui parce qu'ils sont pécheurs, sont l'objet d'un amour de prédilection de son Fils ?

Posté le 28 novembre 2017 à 17h01 par Michel Janva | Catégorie(s): L'Eglise : L'Eglise en France


Así reaccionó el KGB ante la elección de Juan Pablo II | InfoVaticana

Así reaccionó el KGB ante la elección de Juan Pablo II | InfoVaticana

Así reaccionó el KGB ante la elección de Juan Pablo II

El proyecto Three Revolutions (3R) del College of Europe en Varsovia ha divulgado documentos relativos a las actividades del KGB en Polonia y Ucrania que incluyen información sobre la elección de Juan Pablo II. 

En los documentos, publicados como parte de una investigación de 3R, se presenta la reacción del KGB ante la elección del cardenal polaco Karol Wojtyła y el análisis sobre la influencia del nuevo pontífice. La traducción al castellano del documento se puede encontrar en el portal La Polonia de los polacos, realizada por Ángel López Peiró, doctorando en Historia contemporánea por la Universidad Pedagógica de Cracovia.

Del cardenal Wojtyla se destaca su "posicionamiento al frente de un grupo de obispos de derechas" o el "apoyo activo" a una organización católica polaca tildada en el informe de "reaccionaria", el movimiento Znak. Asimismo, se subraya su fama en "círculos reaccionarios de Occidente" de "luchador por los derechos humanos en Polonia".

También se alerta de que el mensaje de Juan Pablo II al inicio de su pontificado podría ser aprovechado por "el clero de actitud reaccionaria" para "encender entre los creyentes el fanatismo religioso" y "fortalecer las comunidades católicas".

"Teniendo en cuenta que la elección de Wojtyła como Papa puede llevar a una significativa activación de los católicos y los uniatas [greco-católicos] en Ucrania, los órganos del  KGB en la URSS están desarrollando métodos preventivos para contrarrestar las aspiraciones subversivas del Vaticano", se recoge en el documento.

A continuación, puede leer un fragmento del documento publicado en castellano en La Polonia de los polacos

Elección del cardenal Karol Wojtyła como líder de la Iglesia católico-romana 

El 16 de octubre de 1978 fue elegido Papa de la Iglesia católica romana el arzobispo de Cracovia, cardenal Karol Wojtyła, nacido el año 1920, quien ha elegido el nombre Juan Pablo II. Cabe destacar que el nuevo Papa continuará con la misma concepción en política exterior de Juan XXIII y Pablo VI.

En base a datos del KBG de la URSS, sin tener en cuenta las declaraciones del nuevo Papa sobre su intención de continuar con la línea política de sus predecesores, sus actuaciones hasta ahora atestiguan que cuenta con su propia concepción, consistente en una orientación al mundo occidental y en la activación de la Iglesia católica en los países socialistas.

En la República Popular de Polonia Wojtyla se posicionó al frente de un grupo de obispos de derechas, que criticaron al cardenal Wyszyński por "una excesiva cesión antes las autoridades comunistas". Apoyó de forma activa los activistas del llamado movimiento "Znak" – una organización católica reaccionaria de Polonia, que edita una revista. En esta publicación se llevaron a cabo unos nefastos ataques al camarada Gierek en relación con la crónica de su visita al Vaticano en octubre de 1977 y se acusó a Wyszyński de "traidor de los intereses de los católicos en Polonia". En los círculos reaccionarios de Occidente, Wojtyła adquirió fama como "luchador por los derechos humanos en  Polonia", tras exigir la restauración de "las clases de religión tradicionales en las escuelas y declarar que " la Iglesia es el último apoyo que le queda a la libertad".

Wojtyła mantiene contactos cercanos con Zbigniew Brzezisnki, asesor del presidente de los EEUU, además de con el cardenal austriaco König, anticomunista y enemigo de la URSS. Entre los obispos polacos Wojtyła es conocido por su orientación germanófila. Pidió a los obispos alemanes el no reconocimiento de las nuevas fronteras del Oder y el Neisse. Mantuvo una posición intransigentemente negativa sobre llevar a cabo las actividades de la diócesis de acuerdo con las fronteras estatales de la URSS y la República Popular de Polonia  [nota del traductor de ruso a polaco: la nota se refiere al ajuste de los límites de las diócesis con los de las nuevas fronteras del estado polaco tras la Segunda Guerra Mundial] [1] e instó al episcopado polaco a fortalecer su influencia en las parroquias de Bielorrusia, Lituania y Ucrania. 

Durante su coronación [nota del traductor de ruso a polaco: inauguración de su pontificado].  Wojtyła promovía "la apertura de puertas en todas las iglesias", es decir, instaba de hecho al clero católico a la celebración de misas masivas, procesiones en las iglesias locales y peregrinaciones a los "lugares santos". Estas acciones pueden ser aprovechadas por el clero de actitud reaccionaria para encender entre los creyentes el fanatismo religioso y la propagación de puntos de vista reaccionaros y nacionalistas, así como para el fortalecimiento de las comunidades católicas. 

Teniendo en cuenta que la elección de Wojtyła como Papa puede llevar a una significativa activación de los católicos y los uniatas [greco-católicos] en Ucrania, los órganos del  KGB en la URSS están desarrollando métodos preventivos para contrarrestar las aspiraciones subversivas del Vaticano, detectar y frustrar las acciones hostiles de sus emisarios y misioneros y para divulgar y adquirir canales de comunicación con los católicos y los uniatas en la república [socialista soviética de Ucrania] (cifra de parroquias católicas – 98, sacerdotes – 43, según datos operativos se estima la presencia de unos 1000 sacerdotes, monjes, monjas y penitentes uniatas).

Se usan medios para detectar en Ucrania contactos de Wojtyła y entornos vinculados a este, para seguirles y comprometerlos a la cooperación, así como para lograr fuentes operativas entre las autoridades del clero católico e uniata, para evitar la activación y asegurar la prevención de posibles acciones antisistema de católicos y uniatas. Asimismo, también se aplican medidas para utilizar dichas autoridades en la obtención de información sobre los planes subversivos del Vaticano.